faire un don à la Fondation Mallet

Actualités Fondation Mallet

La journaliste aux lunettes rouges a assisté à la projection du fim "Tronche de vie n°2", elle nous raconte tout.

 

UN REGARD VRAI !

        

Par une belle soirée, le 8 mars 2016, nous étions invités quelques résidents et votre fidèle journaliste aux lunettes rouges à voir la projection du film « TRONCHE DE VIE N°2 » de Mathieu Wassik. Le sujet de ce film était « La vie quotidienne des personnes munies d'un handicap». Pour l'occasion, tous les membres de l'association Mallet étaient là. Madame le Maire de la ville et son adjoint étaient aussi invités. Après avoir installé tout le monde, Madame Le Padéllec nous avait fait une présentation du film et ses acteurs qui étaient assis au premier rang.

Ce film se déroulait dans la ville d’Aubagne où vivaient les sept personnes munies d'un handicap. Le premier thème était : « Le regard des enfants sur les personnes handicapées ». Luc, Sébastien et Charly les acteurs du film, étaient invités à venir dans une classe pour parler avec les élèves de leurs attitudes envers le handicap. J'ai constaté que leurs réactions étaient différentes de celles des grandes personnes. Ils avaient de la curiosité et un peu de moquerie. Mais Sébastien et Luc leurs avaient expliqué qu'il faut respecter ces personnes car ils sont comme les personnes valides. En le regardant bien Luc, j'ai constaté qu'il jouait aussi dans un court métrage «VESTAIRE » qui était passé après le journal de France 2.

Puis nous avons écouté Michèle qui a raconté ses problèmes dans sa vie quotidienne. Cette femme qui avait le même handicap que le mien, vivait toute seule dans un appartement avec son chat et son chien. Cette personne avait aussi un fils qui voulait la mettre dans un foyer afin qu'elle soit en sécurité.

Ensuite, nous avons vu que Sébastien était un grand athlète et un grand sportif. Il nous a subjugué avec ses voltiges avec son fauteuil sur des circuits de hautes pentes. C'était prodigieux comme il allait vite. Le thème qui m'avait le plus intéressé était celui de Sébastien. Encore un Sébastien, à en croire tout le monde s'appelle Sébastien à Aubagne ? Mais pas du tout ! Ce Sébastien-là peignait à merveille. Il avait un sacré coup de pattes comme on dit pour les peintres célèbres. Même la dame qui l'aidait à prendre ses pinceaux et à dessiner un nu féminin sur sa toile, avait remarqué qu'avec ses gestes brusques, cela lui donne une manière bien à lui de peindre. Peut-être un jour, il exposera et j'irais admirer ses tableaux.

Franck un autre acteur nous racontait un peu sa vie, il travaillait comme jardinier à la mairie d'Aubagne. Les jardiniers municipaux l'avaient bien accepté dans leur groupe. Ils noyaient des rebords de routes et s'occupaient de fleurir les jardins de la ville. Mais le plus émouvant était lorsque Patrick était avec sa petite fiancée. Ils étaient très beaux. Ils se promenaient en se tenant par la main. Heureux d'être ensemble. La jeune fille parlait de vivre avec son amoureux et d'avoir une maison. Je pensais que c'était un merveilleux rêve.

Au début de la projection, on nous avait annoncé que Charly était décédé juste après avoir terminé le film. Nous l'avons vu pour la dernière fois en faisant son marché. Seul en fauteuil éléctrique, il allait s'acheter tout ce qu'il avait besoin pour faire un excellent repas. Nous avons constaté que les rues de la ville d'Aubagne sont accessibles aux personnes munies d'un handicap. Charly vivait seul dans un appartement avec des auxiliaires de vie qui viennent l'aider chaque jour. C'était le jour où il faisait de la ratatouille. Le plat que j'adore. Mais celle-là était naturelle parce que Charly avait acheté des légumes du marché. En préparant sa ratatouille, il nous parlait de sexualité. Je trouvais que les deux sujets allaient bien ensemble.

Il faut dire qu'en France, pays libre et ouvert, la sexualité des personnes munies d'un handicap est absolument taboue. Ils se cachent pour avoir du plaisir. Chaque humain sur terre a le droit d'être amoureux.

Nous avons trouvé que le film était très réussi et nous remercions tout le monde d'avoir passé une bonne soirée.

 

Florence Jacob La journaliste en herbe aux lunettes rouges.

 

Actualités Fondation Mallet

Actualités Fondation mallet