faire un don à la Fondation Mallet

Actualités Fondation Mallet

Dans ce nouvel article, notre fidèle journaliste aux lunettes rouges nous parle des élections. Et plus particulièrement du fait qu'elle ait voté cette année.

 

LES PRESIDENTIELLES

DRÔLE CAUCHEMAR !

 

   Nous étions au début de l'année 2017 et déjà commençait la campagne présidentielle. Pour ma part, je n'avais pas la tête à ça. J'avais autre chose à faire que de penser aux élections présidentielles. Mais au fur et à mesure que les mois passèrent, nous avions découvert les premiers candidats. J'ai fait la moue car je ne connaissais aucun de ces candidats. J'avais l'impression qu'ils sortaient d'une boîte à musique ou de lessive.

   Pour le premier tour, je n'étais pas sûre de voter car je suis sous tutelle mais le juge m'avait autorisé à faire mon devoir civique. J'étais très contente mais un peu déçue parce que je ne trouvais pas mon bonheur parmi les candidats. Alors j'ai choisi celui de mon parti. Bien qu'il était sans convictions et n’avait pas de panaches. Je regrettais alors l'époque où il y avait des grands noms dans tous les partis. Séverine et Lucille les deux éducatrices nous avaient accompagnées. J'avais pris ma carte d'identité et celle d'électeur. J'avais emmené aussi mon Spello, ma synthèse vocale, où j'avais écrit une phrase pour expliquer ma situation. Lorsque nous étions arrivées à mon bureau de vote, je me sentais un peu émue car depuis six ans que j'avais quitté cet endroit, rien n'avait changé. Ma synthèse vocale était prête à parler quand j'étais rentrée dans le bureau de vote. Une dame qui était derrière une table sur laquelle étaient posés tous les bulletins de chaque candidat, m'avait bien accueilli. J'en ai profité pour faire fonctionner ma synthèse vocale que tout le monde écoutait religieusement pour expliquer ma situation et le fait que j'avais déjà voté. Séverine m'a aidé à mettre mon bulletin dans l'enveloppe à la mettre dans l'urne puis a signer.

   Le soir, j'ai regardé les estimations à la télévision. Pour tout vous avouer, j'étais un peu inquiète des résultats car j'étais sûre que Marine Le Pen allait être au deuxième tour.

   Pour le deuxième tour, je n'ai pas hésité à me lever tôt car le devoir m'appelait. Il ne fallait pas que Marine Le Pen gagne. Alors je suis retournée dans le même bureau de vote avec Justine et Sabrina. La même dame m'avait bien expliqué que je ne pourrais pas m'inscrire sur les listes électorales de Richebourg avant l'année prochaine. Au même moment, arriva le maire de Marly-le-Roi. Il m'a salué avec un grand sourire. Alors Justine en a profité pour lui demander s'il nous autorisait à me filmer pendant que je votais car le vendeur de ma synthèse vocale m'a promis de me faire un GROS rabais sur mon nouvel ordinateur. Je ne sais pas pourquoi mais il a accepté. C'est peut-être mon charme avec mes lunettes ROUGES qui l’ont séduit. Bien évidemment je plaisante mais de nos jours, je me permets de rêver même en plein jour. Et Sabrina a pris son portable pour me filmer en faisant mon devoir de citoyenne avec Justine. Ce fut une attraction dans le bureau de vote.

   J'étais impatiente d'être au soir pour connaître les résultats parce que j'étais un peu inquiète comme tout le monde. Ce dimanche-là, Claire et Mariam les encadrantes ont fait d’excellentes crêpes pour le goûter. Comme le soleil boudait en pleurant toutes les larmes de son corps à cause qu'il avait peur que Marine gagne.

   Lorsque huit heures ont sonnées, j'ai entendu : Emmanuel Macron est président de la république alors j'étais très contente.

 

            Florence Jacob

            La journaliste en herbe aux lunettes rouges

Actualités Fondation Mallet

Actualités Fondation mallet